1964 - 2013

GOURBITSerge.jpg

Le 25 avril 1964, je quittais le village de Gourbit, où je venais de vivre deux ans et de passer ma première année scolaire. Ignorant d’où je venais comme où j’allais, cette journée commencée dans la voiture d’une assistante sociale a inauguré un changement complet de mon existence. De cette journée particulière, j'ai reçu longtemps après une photo. Je me souviens de ma conscience aiguë de la fin irrémédiable de quelque chose. Je revois le jardin où j’attendais l’arrivée de la voiture, l’herbe délavée par l’hiver sur les bas-côtés de la route, les crêtes si blanches, là-bas vers le sud. Aujourd’hui, presque cinquante ans plus tard, je reviens au salon du livre de Tarascon, au pied de la route du village, pour présenter mon deuxième roman. Dont le sujet, s’il tient un peu à distance cette histoire, se rapproche pourtant de ses décors. Ce retour en forme de télescopage me permet de retrouver mon premier camarade de classe et mon institutrice, celle qui m’a appris à lire et à écrire. L’espace d’une vie sépare ces deux instants et pourtant… Je me retrouve dans l’endroit-même où j’ai pris conscience un jour d'enfance de mon unicité et de ma liberté. Et cette étincelle du commencement m’a autant enraciné dans ce sol qu'elle m’a projeté vers tous les possibles de la suite.